Accueil | Sud | Le commissaire du gouvernement des Cayes denonce la formation d'un corps armé parallèle à la police nationale et revendiquant son appartenance au pouvoir

Le commissaire du gouvernement des Cayes denonce la formation d'un corps armé parallèle à la police nationale et revendiquant son appartenance au pouvoir

Par
Le commissaire du gouvernement des Cayes, Me Jean Marie Salomon Le commissaire du gouvernement des Cayes, Me Jean Marie Salomon

Le commissaire du gouvernement des Cayes, Me Jean Marie Salomon, a dénoncé lundi la formation d'un groupe armé parallèle avec la police, et qui revendique son appartenance au pouvoir en place.

Ce corps armé appelé:"La police" est entre autres constitué, selon le chef du Parquet des Cayes, de repris de justice, d'évadés de prison et d'individus impliqués dans des activites louches qui affirment que les plus hautes autorités de l'Etat dont Ministère de l'intérieur, sont au courant de leur existence.

Les membres de ce corps armé ont également fait savoir qu'ils ont travaillé pour permettre au président Michel Michel d'être à la tête de l'Etat et qu'aujourd'hui, ils réclament leur part du gâteau.

Le commissaire du gouvernement Jean Marie Salomon en parle cependant comme d'un  gang armé, de mafieux et d'individus mal intentionnés.
Il réaffirme la détermination des autorités constituées de les démobiliser.

A Port-au-Prince, le commissaire du gouvernement Me Lucmane Délille affirme lui qu'un groupe de 17 présumés bandits ont été arrêtés le week end dernier dans la commune de Carrefour, alors qu'ils planifiaient de semer le trouble cette semaine dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince.

Ces individus armés planifiaient, a-t-il dit, une opération d'envergure et projetaient de commettre des forfaits dont des assassinats et des enlèvements.

Le coup filet réalisé par les forces de l'ordre a été rendu possible, a-t-il dit, grâce entre autres avec la collaboration de la population. Me Délille appelle les citoyens à continuer sur la même lancée pour permettre aux forces de l'ordre de réduire au silence les bandits.

Me Délille a par ailleurs confirmé la libération , toujours à Carrefour, d'une fillette de 5 ans enlevé mercredi dernier, alors qu'elle se trouvait à l'intérieur de son école.

Une libération obtenue sans versement de rançon, a-t-il dit, ajoutant que les forces de l'ordre n'ont pas réussi à appréhender le revisseur. Ce dernier ayant pris la fuite à l'arrivée des policiers.

AHP

  • Envoyer Envoyer
  • Imprimer Imprimer
  • Plain text Plain text

Tagged as:

No tags for this article

Rate this article

0