Accueil | National | Le président du CEP contesté, Josué Pierre-Louis, inculpé de viol

Le président du CEP contesté, Josué Pierre-Louis, inculpé de viol

Par

Le président provisoire du Conseil électoral permanent contesté, Me Josué Pierre-Louis, a été officiellement inculpé mardi de viol sur Marie Danielle Bernadin avec la décision du parquet de Port-au-Prince de se dessaisir du dossier transféré au cabinet d’instruction.

Egalement ancien ministre de la justice et proche du Président Michel Martelly dont il a été le conseiller, Pierre-Louis aurait giflé à de multiples reprises la jeune femme de 25 ans avant de lui imposer une relation sexuelle brutale, le 26 novembre dernier à son domicile, selon les témoignages de la présumée victime appuyée par deux organisations des droits humains et des avocats.

Sans avancer de motifs pour justifier ce nouveau tournant dans le présumé scandale politico-sexuel à rebondissement, le commissaire du gouvernement, Me Lucmane Délile, a fait savoir que le dossier a été acheminé depuis lundi au décanat du tribunal de première instance pour les suites légales. Il n’était pas non plus en mesure de révéler le nom du juge instructeur devant mener l’enquête.

Le doyen Raymond Jean-Michel, interrogé par les journalistes qui se sont précipités à son bureau aussitôt terminé le point de presse du commissaire, a catégoriquement nié avoir reçu du parquet une quelconque correspondance à ce sujet. Le magistrat affirme avoir pris connaissance par le truchement des médias du transfert du dossier qu’il continuait d’attendre.

Retard administratif ou manœuvre d’un autre type, le greffe du tribunal civil a également indiqué qu’il n’était pas encore en possession de documents faisant de Josué Pierre-Louis un inculpé.

S’accrochant obstinément à son poste de membre d’un organisme électoral bancal au sein duquel il continue de représenter l’Exécutif, l’intéressé a rejeté d’un revers de main les accusations de Marie Danielle Bernadin qu’il présente comme une amie intime qui se serait prêtée à des activités d’espionnage au profit d’adversaires politiques non identifiés.

La SOFA (Solidarité Fanm Ayisyen) et le RNDDH (Réseau national de défense des droits humains), qui ont décidé d’accompagner la demoiselle, exigent une décision judiciaire exemplaire à l’encontre du présumé violeur. Tout comme les avocats ayant pris le dossier en main, Mes Mario Joseph, André Michel et Newton Saint-Juste. spp/Radio Kiskeya

  • Envoyer Envoyer
  • Imprimer Imprimer
  • Plain text Plain text

Tagged as:

No tags for this article

Rate this article

0