Accueil | National | Séance en cours au sénat pour la ratification ou non du choix de Laurent Lamothe

Séance en cours au sénat pour la ratification ou non du choix de Laurent Lamothe

Par
Séance en cours au sénat pour la ratification ou non du choix de Laurent Lamothe

La séance attendue ce 10 avril au sénat, qui doit se prononcer en faveur ou contre le choix de Laurent Lamothe comme premier ministre, a bien lieu et a débuté depuis quelques heures avec la participation d’une trentaine de sénateurs, constate AlterPresse.

La commission spéciale chargée d’étudier le dossier du premier ministre désigné, présentera son rapport qui devra être sanctionné par l’assemblée.

Des milieux politiques ne paraissent s’attendre à aucune surprise, que Lamothe soit ratifié ou non.

L’ancien président du sénat (47e législature), Yvon Neptune, du parti Haitiens pour Haiti, estime que la ratification du premier ministre désigné « ne devrait pas être un événement car depuis un certain temps nous sautons de sensation à sensation ».

Toutefois, « si on a des doutes sur la nationalité il serait mieux de ne pas voter, de ne pas avancer », conseille l’ancien parlementaire, dans le cadre d’un échange téléphonique avec AlterPresse.

Si les membres de la 49e législature prennent la décision de voter en faveur de Laurent Lamothe, cela ne devrait pas changer grand-chose selon le colonel Himler Rébu, dirigeant du Grand Rassemblement pour l’Evolution d’Haiti (GREH).

Pour lui, « la même crise » continue et « on pourrait ratifier le premier ministre désigné pour, plus tard, lui crier après », avance Rébu.

Les questions concernant la nationalité et la résidence en Haiti de l’homme d’affaire Laurent Lamothe sembleraient ne pas avoir été totalement éclaircies, alors que ces deux points font l’objet d’exigences spécifiques de la constitution haïtienne pour celui ou celle qui doit occuper le poste de premier ministre.

Des sénateurs, dont Anacacis Jean-Hector (département de l’Ouest), ont accusé certains de leurs collègues d’avoir promis leur vote à Lamothe, ministre démissionnaire des affaires étrangères et des cultes, en contrepartie de fortes sommes. Ce que Lamothe n’a pas hésité à faire car il est un « tout moun jwenn » (en français : tout le monde sort gagnant), selon les déclarations d’Anacacis sur certains médias de la capitale.

Né en 1972, Laurent Lamothe prône une diplomatie d’affaires et est considéré comme l’un des hommes forts de Martelly dont il a d’ailleurs financé la campagne électorale. Il a déjà le soutien de plusieurs membres du grand corps.

Le pays est sans gouvernement régulier depuis le 24 février, lorsque l’ancien premier ministre Garry Conille a démissionné après seulement quatre mois à la primature. Les relations tendues avec Michel Martelly, ancien chanteur de Sweet Micky devenu Président de la république, et la rébellion de son cabinet ministériel (dont faisait partie Laurent Lamothe) auraient été les raisons de son départ. [rh gp apr 10/4/ 2012 14 :15]

  • Envoyer Envoyer
  • Imprimer Imprimer
  • Plain text Plain text

Tagged as:

No tags for this article

Rate this article

0