Accueil | Culture et Arts | Le groupe « The Believers» loue Dieu en musique, paroles, poésie, sons et couleurs

Le groupe « The Believers» loue Dieu en musique, paroles, poésie, sons et couleurs

Par
Le groupe « The Believers» loue Dieu en musique, paroles, poésie, sons et couleurs

La musique est un langage qui permet non seulement au musicien d’exprimer ses émotions mais aussi sa foi en Dieu, qui créa l’homme à son image. Cela confirme bien que l’homme descend de Dieu. Il doit donc toujours essayer de remonter vers lui ou de se rapprocher de lui. Et, pour y arriver, il faut qu’il emprunte le chemin de la spiritualité. Nous savons tous que nous avons un corps à nourrir, un esprit à meubler et une âme à embellir. L’embellissement de l’âme n’est possible que par la prière et la méditation, c'est-à-dire à travers le mouvement d’élévation de l’esprit et du cœur vers Dieu. La musique évangélique joue un grand rôle dans la vie d’un vrai chrétien. Elle sert de support à la prière. Il faut surtout se rappeler que le son est de l’énergie vibratoire. Tout ceci prend forme à travers l’œuvre de « The Believers ». 

La musique, la culture et Dieu

À travers le temps, j’ai entrepris des explorations qui m’ont permis de mieux comprendre la relation qui existe entre la musique, la culture et Dieu. Au cours de mon périple, j’ai découvert le groupe « The Believers » qui a produit un excellent CD sur lequel sont gravées neuf (9) chansons à caractère spirituel. Elles ont pour titres «Jou Ap Pase», «Padone m», «Renmen Li», «Expression Louange», «Fo Jijman», «Konfyans», «Divizyon», «Adoration». Le titre de l’album exprime bien la mission de ces jeunes musiciens. A travers  cet album « Mesaj », ce groupe partage la parole du divin Créateur. Cet album confirme que la musique peut devenir prière. D’ailleurs, St Augustin nous dit ce qui suit : quand nous chantons, nous prions Dieu deux fois plus.

J’ai pris le temps d’auditionner le CD dans sa totalité. Ce qui a surtout attiré mon attention demeure le fait que ces musiciens utilisent un fond rythmique qui identifie leur origine. La musique peut aussi bien se définir comme étant le miroir reflétant la tradition d’un peuple. Il existe différentes formes de musique, mais pas beaucoup qui soient aussi riches que la musique évangélique. Ce genre musical remonte au temps de l’esclavage. Les esclaves s’en étaient servis pour sortir du joug des maîtres / colons et aussi créer d’autres genres musicaux, particulièrement le R & B (Rhythm and Blues). L’hybridation de la musique évangélique et le Blues a produit bien d’autres concepts et genres, entre autres le Jazz qui prit sa source directement du Gospel. Ce n’est pas sans raison que, dans un temps, le R & B fut baptisé « soul music-musique de l’âme »,  la seule différence réside simplement au niveau des textes. 

Évaluation de l’œuvre des « Believers »

Le premier chant, « Jou Ap Pase », nous met en face d’une réalité absolue. Il faut se préparer avant qu’il ne soit trop tard, c'est-à-dire avant la venue du Christ Sauveur. Le texte nous enlève le voile de l’ignorance et éveille notre conscience. La musique a une saveur rappelant celle des fruits succulents de la Caraïbe. La section rythmique et les guitares confèrent une couleur tonale des plus extraordinaires à cette  pièce musicale. La musique et les paroles sont de Réginald Magloire. A travers le deuxième chant, «Padone m », les musiciens nous exhortent à la prière confessionnelle pour obtenir le pardon du grand Créateur. À mon avis, cela équivaudrait au Psaume 32, qui est celui du pardon. 

Dans ce même chant, ces artistes nous rappellent que nous devons remercier Dieu pour tous les bienfaits reçus de lui, tant spirituels que matériels. Ils parlent aussi de purification, ce qui me fait penser au Psaume 51, le psaume de purification. Le concept musical fait la différence entre le premier et le second morceau. La clarté sonore du saxophoniste reflète son riche talent, son expérience tout aussi bien sa prodigieuse inspiration. Le batteur joue à feu doux et maintient bien le rythme. Il remplit bien son rôle de métronome et cela en parfaite harmonie avec le bassiste. La musique et les paroles portent la signature de Réginald Magloire. 

Le verbe aimer se conjugue au passé, au présent et au futur. La troisième pièce «  Renmen Li », est un tempo modéré. Les paroles sont de Nelta Vaval et la musique de Réginald Magloire. L’effet de la guitare solo ajoute un accent rock qui fait toute la beauté de cette composition musicale. L’orchestration me parait superbe et la puissante voix féminine m’éblouit grandement. C’est celle de Judith Montperousse à qui j’ai parlé une fois au téléphone, il y a de cela huit ans. Je reconnais son timbre de voix. Sa tessiture et son articulation musicales la placent parmi les meilleures voix de cet univers musical. 

L’élévation de l’esprit et du cœur 

« Expression Louange » est d’une profondeur inégale. C’est de la poésie mise en musique ou mieux encore une musique poétique bien réalisée par Reginald Magloire. Avec l’assistance de ses frères et sœurs musiciens, il l’a bien rendue. La guitare solo en Intro de cette chanson a dégagé une ligne captivante et claire, rehaussant le niveau musical de l’album. Les paroles reflètent bien le talent poétique de Nelta Vaval.  Le cinquième morceau, «Fo Jijman»,  présente un rythme différent puisé de la profonde source africaine. Serge Laguerre a su utiliser le langage pur du tambour pour faire sourire l’Afrique et nos ancêtres. La trompette joue si bien les lignes mélodiques, avec une telle clarté sonore et exactitude, qu’elle rappelle celle de Jéricho. Elle peut même briser les murs qui pourraient empêcher la traversée (le cross over) de cette chanson.  Excellente réalisation! Le sixième tube, « Konfyans », est porteur d’un message d’amour, de sincérité, d’allégeance et de loyauté envers Dieu. 

À travers « Divizyon », les musiciens du groupe « The Believers » pointent du doigt le grave problème de division existant au sein de l’église. En Intro, les paroles nous disent ce qui suit : « pil legliz lide yo se fè lajan, Paul ap kriye paske li wè li nan dlo, bezwen yon tamp kot pawol Bondye tonbe, sèjousi legliz tonbe divize, divizyon ka p simen rayisans, rayisans nan mitan nou men m kretien, an nou priye Bondye pou sa ka chanje, chanjman ki ka pote solisyon, solisyon nan la fwa (la foi) ». Le groupe « The Believers » prône le changement et expose une réalité que beaucoup ne pourraient s’imaginer. La voix de Marie Ivens Joseph parait à point. Le style de la chanson lui va bien. 

Ces musiciens nous mettent en garde contre la division. Ils nous incitent à une prise de conscience collective en prêchant l’amour et l’union. Ils mettent à nu ce grand problème, qui non seulement ronge notre société mais qui existe aussi entre les fidèles de l’église. Un groove intéressant sert de support à ces paroles dévoilées. Le guitariste, Gary Josama, le bassiste,  la guitare rythmique, le batteur et le claviériste / keyboardiste ajoutent tous les ingrédients dont la musique avait besoin pour faire bouger le monde ensommeillé. C’est beau. La musique et les paroles sont l’œuvre de Maurice Casseus et Réginald Magloire. Dans « Adoration », l’omniprésence et l’omnipotence de Dieu sont mises en relief.  Le tube « Mesaj» est d’une autre teneur et saveur. Les claviers sont vivement à l’œuvre et les guitares soutiennent le rythme en accord avec la section rythmique. Le saxophoniste y met aussi sa touche. Cette musique peut faire bouger même les somnambules, sans distinction de classe, de sexe ou d’appartenance religieuse. 

L’harmonisation des voix à travers l’album justifie le talent des choristes et du même coup fait ressortir la connaissance musicale de Dernst Emile qui a eu soin de bien les harmoniser selon les syntaxes musicales. Je trouve que c’est un excellent CD. C’est le produit de la patience et de l’effort conjugués de ces artistes. Les musiciens dont les noms suivent ont participé à la réalisation de cet excellent CD : Judith Montperousse, Marie Ivens Joseph et Réginald Magloire (lead vocal –chant et guitare), à la batterie on retrouve Roody Belotte,  Stanley Jean et Marc Lapointe, au tambour on ressent la touche de Serge Laguerre, Sergo Decius et Luc Joseph, à la basse Maurice Casseus et Joe Charles, à la guitare Réginald Magloire, Gary Josama et Jonas Maximilien. La percutante section cuivre se compose des trompettistes Waldron Ricks, Richard Lee, des saxophonistes Duke Guillaume, Booker T (aussi flûtiste) et Lou David, des trombonistes David Russell et Richard Lee. Je ne saurais oublier les choristes Judith Montperousse, Nelta Vaval, Ketty Chapoteau, Ludwine Joseph, Marie Ivens Joseph (chanteuse lead et choriste), Tchekie Mars et Rosie Léger.

Je vous félicite et vous souhaite du succès continu

robertnoel22@yahoo.com Courtoisie Radio Television Caraibes

  • Envoyer Envoyer
  • Imprimer Imprimer
  • Plain text Plain text

Tagged as:

No tags for this article

Rate this article

0